Je veux ma couche près des racines du grand acacia

14,00 €
HT *

Le vieux moine lui fit signe de le suivre. Olivier était gêné à l’extrême.
Attendait-il de lui quelque chose ? Mais quoi ? Olivier se sentit dans l’inconfortable
situation de celui qui est sollicité et qui ne peut répondre.
Alors, il prit son bissac et le lui donna. Le vieux le refusa de la main, un
sourire aux lèvres et lui demanda :
— Qui es-tu ?
— Un cherchant, passant.
— Comment te nommes-tu ?
— Je m’appelle Olivier.
— Que cherches-tu ?
— Je me cherche moi-même pour mieux comprendre le monde.
— Et tu penses y arriver ?
— Je ne sais pas...

Quantité

 

Politique de sécurité

  Politique de livraison

Nos commandes sont expédiées à J+2 par La Poste après réception du paiement.

 

Politique de retour

Albert Huguet vit sur une des îles du Frioul, au large de Marseille. Il séjourne depuis plusieurs années dans ce désert entouré d’eau turquoise et de roches blanchies par le soleil, loin des bruits de la ville. Pour cet homme qui s’intéresse à l’humain, la question n’est pas de savoir ce que font les gens mais ce qu’ils sont. Il s’agit pour lui d’élaborer une voie nouvelle, une spiritualité laïque, dépouillée, naturelle.

9782365980869

Fiche technique

Hauteur
205
Largeur
145
Epaisseur
11 mm
Nombre de pages
112
Composition
Couverture: Carte 250 gr pelliculée brillant - Pages 90 gr bouffant

Références spécifiques

Téléchargement

Je veux ma couche...

Pour vous permettre d'apprécier la qualité des textes que nous éditons, nous vous proposons de télécharger les 12 premières pages de cet ouvrage; un avant goût du plaisir que vous aurez en lisant l'intégralité de cet ouvrage. Nous vous souhaitons de passer d'agréables moments en lecture.

Téléchargement (129.43k)

Commentaires

Votre commentaire

Je veux ma couche près des racines du grand acacia

Le vieux moine lui fit signe de le suivre. Olivier était gêné à l’extrême.
Attendait-il de lui quelque chose ? Mais quoi ? Olivier se sentit dans l’inconfortable
situation de celui qui est sollicité et qui ne peut répondre.
Alors, il prit son bissac et le lui donna. Le vieux le refusa de la main, un
sourire aux lèvres et lui demanda :
— Qui es-tu ?
— Un cherchant, passant.
— Comment te nommes-tu ?
— Je m’appelle Olivier.
— Que cherches-tu ?
— Je me cherche moi-même pour mieux comprendre le monde.
— Et tu penses y arriver ?
— Je ne sais pas...

Votre commentaire